Douzième classe (Première)

Une année pour nourrir, déployer des liens entre tous les acquis et s’épanouir en tant que personne à la recherche de sa voie.

Les points forts de la douzième classe

L’année de douzième classe est dédiée au geste de la synthèse. L’élève est incité à engager ses aptitudes et connaissances pour comprendre l’ordre du monde en tant qu’organisme intellectuel, social et artistique. Il est invité à réaliser la synthèse de ce qu’il a vécu durant sa scolarité, à créer des liens entre les disciplines. Ce geste peut trouver une expression particulière dans le travail de fin de cycle – ou “chef d’œuvre”- (voir ci-après). Les jeunes commencent à pouvoir s’appuyer sur leurs capacités de penser et sont invités à réfléchir à des problématiques qui présentent une dimension philosophique, des enjeux éthiques et sociaux. Ils ont affermi leur autonomie et sont davantage aptes à être libres et responsables dans leurs choix. Les élèves passent en fin d’année les épreuves anticipées du Baccalauréat : celles de Français et celles d’une spécialité, sur les trois qu’ils ont choisies – celle qu’ils ne poursuivront pas en Terminale.

Les matières enseignées

Français, mathématiques, histoire, géographie, physique-chimie, sciences de la vie et de la terre, anglais, allemand ou espagnol, arts plastiques, musique, modelage en terre, sculpture sur pierre et eurythmie. Les élèves de la 12e classe, comme tous ceux de Première générale au lycée, doivent choisir trois spécialités parmi les suivantes : Mathématiques – Numérique et science informatique – Physique-chimie – Sciences de l’ingénieur – Sciences de la vie et de la Terre – Sciences économiques et sociales – Littérature, langue et cultures de l’Antiquité – Humanités, littérature et philosophie – Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – Langues, littérature et cultures étrangères – Arts (dont : Cinéma-audiovisuel, Histoire des arts, Théâtre, Musique, Arts du cirque, Danse, Arts plastiques). La liste des spécialités qui sont proposées à l’école Steiner de Verrières-le-Buisson est faite en fonction du nombre d’élèves, elle est donc amenée à varier quelque peu chaque année.

  • Cahier de période d'histoire

    Cahier de période d'histoire

  • Cours de français

    Cours de français

  • Cahier de période sur l'architecture

    Cahier de période sur l'architecture

  • Cahier de période sur l'architecture

    Cahier de période sur l'architecture

  • Cours Arts plastiques

    Cours Arts plastiques

  • Cours Arts plastiques

    Cours Arts plastiques

  • Présentation du chef-d'œuvre

    Présentation du chef-d'œuvre

    Le stage social : un pas vers l’engagement

    Pendant deux semaines, l’élève va activement participer à la vie d’une structure dont le rôle est d’aider, d’accompagner des êtres qui en ont besoin. Le stagiaire doit s’impliquer auprès des personnes présentes, se mettre à l’écoute et au service de l’autre. Un autre qui présente la particularité d’être dépendant du fait de son âge, d’un handicap physique ou mental ou de par ses difficultés à s’insérer dans la société. Quelques témoignages :

    « Un stage dans un orphelinat en Afrique du Sud apporte beaucoup. Non-seulement, il permet de faire du social en apportant ce que l’on peut à des enfants qui ont eu une enfance compliquée, mais il permet aussi la rencontre avec une autre culture très religieuse et souriante, ainsi qu’avec des personnes issues de milieux pauvres qui n’ont pas pu aller longtemps à l’école.

    Cette expérience nous donne plein de leçons, mais la leçon majeure qu’elle nous enseigne est que l’on peut faire tellement avec … l’amour. » Agathe

    « C’est un stage (dans un jardin d’enfants en Allemagne) extrêmement enrichissant et intéressant. Aider, écouter et accompagner des personnes fut une très belle expérience pour moi. J’ai beaucoup appris sur le plan social et moral. » Antonio

    Les femmes du désespoir et les enfants du futur

    « J’ai effectué mon stage social de deux semaines en Belgique, dans un Refuge secret pour femmes victimes de violences conjugales (psychologique, verbale, physique, sexuelle ou économique). L’institution accueille une vingtaine de femmes et leurs enfants qu’elles ont pris dans la fuite. J’ai tout particulièrement travaillé avec les enfants de 0 à 3 ans, car en effet, certains d’entre eux naissent au Refuge. Mon travail ressemblait beaucoup à celui requis dans une crèche mais devait prendre en compte une information importante, à savoir que les besoins de ces enfants, témoins ou victimes de violences conjugales, sont beaucoup plus intenses et fréquents que ceux d’enfants dits « de tous venants ». Par exemple, un enfant qui demande de l’eau à intervalles courts sans la boire, tente d’attirer votre attention. Ces enfants partent de chez eux dans une période de crise. Lors des scènes de violence, ils prennent parti pour l’un ou l’autre parent : soit ils protègent la mère, soit ils prennent le parti du père et insultent ou frappent la mère. Le travail de l’équipe est donc de leur redonner la place d’enfant qu’ils avaient oubliée en stimulant leurs envies par des jeux et en les encourageant dans leurs initiatives.

    J’ai pris aussi conscience de l’importance et de la portée des paroles que l’on adresse à un enfant par une anecdote qui aurait pu être anodine. C’est Mohammed que je vois pour la première fois et qui pleure à chaudes larmes du fait que sa mère vient de le laisser avec l’équipe d’éducateurs et les autres enfants. Au moment de la sieste afin de l’endormir, un des éducateurs lui promet que, s’il dort, sa maman reviendra plus vite. Mohammed s’endort aussitôt. Le lendemain, il est un peu à l’écart du groupe et vient me voir car il se dit fatigué. Je lui propose de lui lire un livre et il se met à me raconter toutes sortes d’histoires où ses parents sont souvent présents. Lorsque sa mère revient, il lui dit « J’ai essayé de dormir pour que tu reviennes plus vite ». Sur le coup, j’ai trouvé cela amusant mais, par la suite, sa remarque m’a vraiment interpellée et je me suis rendue compte de l’influence de la parole sur un enfant.

    Le Refuge est une maison communautaire. J’ai donc eu l’occasion d’avoir quelques échanges avec les femmes qui y séjournaient. J’ai particulièrement été marquée par l’une d’elles. C’est une jeune marocaine sans enfant, ce qui lui enlève une préoccupation majeure quotidienne qu’ont les autres femmes. Sa solitude et sa tristesse m’ont beaucoup touchée. C’était le jour de l’Aïd, fête musulmane qui rassemble la famille ce qui devait la rendre encore plus malheureuse. Je l’ai vu avec son portable en main ; elle était seule. Je lui ai demandé « Tu attends des nouvelles ? ». Nous avons commencé à parler de sa situation actuelle et de ses problèmes. Ce sont des femmes très touchées par les évènements qu’elles viennent de vivre chez elles et j’ai pris le parti de ne pas aborder avec elles le sujet de leur situation actuelle et encore moins de leur vécu. Nous parlions de tout et de rien, et c’est souvent le « rien» qui nous mettait en confiance pour parler, si elles l’abordaient, de choses plus personnelles.

    J’ai vraiment été touchée par la confiance que m’ont accordé les enfants, chacun à leur rythme, par le lien entre les mères et les enfants qui s’est renforcé dans l’épreuve et la belle expérience de partage et de vie en communauté que j’ai vécue là-bas. » Nina

    Un projet personnel d’envergure : le chef d’œuvre

    Le chef d’œuvre ou travail de fin de cycle est un projet personnel que l’élève choisit librement. Il est ainsi confronté à ses propres aspirations et ses intérêts personnels. C’est donc un travail qui permet à l’élève de saisir et dévoiler un peu plus de son identité profonde. Cette expérience lui donne également l’opportunité de mettre en œuvre la maîtrise et l’autonomie qu’il a pu atteindre.

    • Verrieres Steiner CH Sarah1

      Verrieres Steiner CH Sarah1

    • Verrieres Steiner CH Sarah1bis

      Verrieres Steiner CH Sarah1bis

    • Verrieres Steiner CH Sarah2

      Verrieres Steiner CH Sarah2

    • Verrieres Steiner CH Sarah3

      Verrieres Steiner CH Sarah3

    • Verrieres Steiner CH Sarah4

      Verrieres Steiner CH Sarah4

    • Verrieres Steiner CH Sarah5

      Verrieres Steiner CH Sarah5

    • Verrieres Steiner CH Sarah6

      Verrieres Steiner CH Sarah6

    • Verrieres Steiner CH Sarah7

      Verrieres Steiner CH Sarah7

    • Verrieres Steiner CH Sarah8

      Verrieres Steiner CH Sarah8

    • Verrieres Steiner CH Sarah9

      Verrieres Steiner CH Sarah9

    • Verrieres Steiner CH Sarah10

      Verrieres Steiner CH Sarah10

    • Verrieres Steiner CH Sarah11

      Verrieres Steiner CH Sarah11

    • Verrieres Steiner CH Sarah12

      Verrieres Steiner CH Sarah12

    • Verrieres Steiner CH Sarah13

      Verrieres Steiner CH Sarah13

    • Verrieres Steiner CH Sarah14

      Verrieres Steiner CH Sarah14

    • Verrieres Steiner CH Sarah15

      Verrieres Steiner CH Sarah15

    • Verrieres Steiner CH Sarah16

      Verrieres Steiner CH Sarah16

    • Verrieres Steiner CH Sarah17

      Verrieres Steiner CH Sarah17

    • Verrieres Steiner CH Sarah18

      Verrieres Steiner CH Sarah18

    • Verrieres Steiner CH Sarah19

      Verrieres Steiner CH Sarah19

    • Verrieres Steiner CH Sarah20

      Verrieres Steiner CH Sarah20

    • Verrieres Steiner CH Sarah21

      Verrieres Steiner CH Sarah21

    • Verrieres Steiner CH Sarah22

      Verrieres Steiner CH Sarah22

    • Verrieres Steiner CH Sarah23

      Verrieres Steiner CH Sarah23

    • Verrieres Steiner CH Sarah24

      Verrieres Steiner CH Sarah24

    • Verrieres Steiner CH Sarah25

      Verrieres Steiner CH Sarah25

    • Verrieres Steiner CH Sarah26

      Verrieres Steiner CH Sarah26

    • Verrieres Steiner CH Sarah27

      Verrieres Steiner CH Sarah27

      Exemple d’un journal tenu lors de l’élaboration du chef d’œuvre